Archives de catégorie : Non classé

Compte rendu du séminaire Hypnoses d’hier et d’aujourd’hui (2013-2014)

Pratiques « hypnotiques » : Limites, problèmes et intersections

Coordination : Pascale Haag (EHESS), Roberto Poma (UPEC), Serena Bindi (Paris-V)

Le séminaire « Hypnoses d’hier et d’aujourd’hui », dont le principal objectif était de favoriser la rencontre entre chercheurs et spécialistes d’horizons divers (histoire, anthropologie, psychologie, médecines, neurosciences, pratiques artistiques) s’est tenu pour la cinquième et dernière année. Si l’usage du terme « hypnose » s’est généralisé en Europe au 19e siècle, les phénomènes psycho-physiques auxquels il renvoie semblent pouvoir être rapprochés de différents phénomènes relevant plus largement d’« états non ordinaires de conscience », comme par exemple la transe ou la possession. Nous nous sommes intéressés en particulier cette année aux représentations culturelles qui y sont associées, en cherchant à mieux comprendre, partir de thématiques rarement explorées, ce qui peut permettre ou non de rapprocher ces différents phénomènes. Nous nous sommes également interrogés sur la manière dont l’hypnose pouvait se construire, en Europe, comme objet d’étude en dehors du champ du soin, dans les domaines de l’anthropologie ou de la sociologie (communication de A. Grisoni et P. Haag).

L’une des pistes de réflexion en anthropologie a été présentée par Paul Sorrentino, qui a examiné les relations entre transe et possession à partir des développements théoriques proposés par la chercheuse américaine Erika Bourguignon, pour qui la transe est un phénomène d’ordre comportemental tandis que la possession relève de l’ordre interprétatif. Néanmoins, l’auteure ne tire pas toutes les conséquences de sa posture constructiviste pour justifier l’adoption par les acteurs de cette interprétation face à une situation donnée : comment les participants à un rite de possession en viennent-ils à interpréter le comportement du possédé comme relevant effectivement de la possession ?

Dans le champ encore en pleine expansion des psychothérapies, deux techniques portent des noms différents tout en présentant de nombreux points communs – hypnose et méditation de pleine conscience ou mindfulness. La psychologue Manuela Santa Marina en a analysé les similarités, en particulier l’importance accordée au corps (qui contraste avec la psychanalyse aussi bien qu’avec les débuts des thérapies comportementales et cognitives). L’hypnose se distingue notamment de la pleine conscience par le recours à la suggestibilité et l’orientation vers un objectif, dans l’idée de connecter le patient à ses ressources, alors que cette dernière est centrée sur le moment présent, l’exploration sensorielle, l’acceptation et l’équanimité (ne pas avoir d’attente particulière).

Lors d’une séance entièrement consacrée aux neurosciences, Hernan Anllo et Jérôme Sackur ont présenté différents usages contemporains de l’hypnose dans le domaine de la recherche expérimentale sur la conscience. Après une introduction synthétique à trois importants paradigmes actuels de la notion de conscience (Global neuronal workspace model de Dehaene, Naccache et Changeux, Integrated information theory de Tononi et Sensorymotor theory of consciousness d’O’Reagan) et aux principales théories du fonctionnement de l’hypnose, ils ont montré de quelle manière l’hypnose, qui permet en particulier des manipulations sensorielles de bas niveau, est aujourd’hui utilisée comme outil dans les neurosciences cognitives.

Six autres invités ont contribué à ce séminaire. Roberto Beneduce a donné son éclairage sur les représentations culturelles de l’hypnose à partir de l’anthropologie et de la psychiatrie contemporaines. Dans la même optique, Catherine Contour s’est appuyée sur son expérience dans le domaine l’enseignement de la danse, Olivier Luminet sur ses études des stratégies de communication politique en Belgique, Pascal Rousseau sur ses recherches sur le surréalisme en France au XXème siècle, Thibaud Trochu sur les recherches expérimentales sur magnétisme animal par le physiologiste allemand Rudolf Heidenhain (1880) et Véronique Waisblat sur les études concernant l’hypnose animale.

L’un des principaux apports a été de montrer, au fil des années, la complexité et l’intérêt d’une approche pluridisciplinaire au sujet à partir de deux angles d’approche principaux : la notion de pouvoir thérapeutique de l’imagination et celle de pratiques « hypnotiques » en nous autorisant à appliquer ce terme de façon générique à l’étudie de techniques qui ne portent pas ce nom (chamanisme, possession, méditation, etc.). Les différentes pratiques ne sauraient être réduites les unes aux autres et échappent à toute définition absolue. Même la dénomination la plus large, qui repose sur l’idée d’« états de conscience modifiés (ou altérés) », n’est pas toujours applicable. Néanmoins, tout en restant attentives aux limites de la comparaison, l’histoire, l’anthropologie, les pratiques artistiques, la psychologie, la médecine et les neurosciences sont à même d’apporter d’importantes notions sur les intersections possibles entre les différentes pratiques, notamment sur les enjeux liés au pouvoir de l’imagination créatrice, sur les processus de guérison et de transformation à travers l’engagement avec les images, ainsi que sur la dimension performative du soin. 

Ce dialogue entre des pratiques qui prennent place dans des contextes et avec des objectifs très variés doit néanmoins se faire dans le respect de chacune d’elles, en tenant compte du point de vue des acteurs, avec une grande rigueur méthodologique, et surtout en se gardant de toute généralisation abusive.

Pascale Haag

Psychologue Maître de conférences (Associate professor) Ecole des hautes études en sciences sociales Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (UMR 8156)

More Posts

Compte-rendu du séminaire Hypnoses d’hier et d’aujourd’hui (2011-2012)

Le leitmotiv du séminaire de cette année a été la question des pouvoirs thérapeutiques de l’imagination. Nous l’avons abordé par le prisme de l’histoire, de l’anthropologie, des neurosciences et de l’expérience clinique afin d’apprécier, entre autres, la porosité éventuelle entre ces quatre approches disciplinaires.

Nicole Edelman et Jacqueline Carroy ont présenté des cas de cure par magnétisme au XIXe siècle. Leurs sources laissent entrevoir une conception des pouvoirs de l’imagination en accord avec la neurophysiologie de l’époque mais tributaire des conceptualisations anciennes. Grâce à une approche relevant de l’anthropologie historique de la clinique, elles ont montré le décalage entre les théories scientifiques de l’imagination au XIXe siècle et leur application dans la sphère clinique. Roberto Poma et Koen Vermeir se sont penchés sur les débats médico-philosophiques autour de quelques ouvrages de Paracelse et de F. A. Mesmer sur le pouvoir de l’imagination. Ils ont étudié la genèse du paradigme moderne de l’imagination comme activité organique de transformation du sujet par l’épuration progressive, entre le XVIe et le XVIIIe siècle, de l’arrière-plan magique et astrologique typique des modèles anciens et médiévaux.

Roland Jouvent a montré comment, du point de vue neuroscientifique, l’imagination constitue un préalable à la réalisation de toute action et a exposé les implications de la découverte de neurones miroirs au niveau de la communication inter-subjective. L’exposé d’Antoine Bioy est venu enrichir les interventions précédentes en mettant en lien les conceptions historiques de l’imagination et du rapport corps-esprit avec les pratiques thérapeutiques actuelles, notamment dans le cadre de l’hypnose clinique.

À partir d’un vaste corpus de références, aussi bien cliniques qu’anthropologiques ou sociologiques, Jenny Bacry s’est intéressée aux diverses modalités de la transes en tant que phénomène culturel, à travers ses innombrables variations, du chamanisme ou de la possession aux rave-parties. Jean-François Billeter a relevé les convergences qui peuvent être observées entre certains dialogues du penseur chinois Tchouang-Tseu (± 200 avant notre ère) et les techniques employées en hypnose ericksonienne, considérant que cette dernière constitue un phénomène universel susceptible de s’intégrer de façon naturelle dans différents cadres et que, au-delà d’une méthode thérapeutique, elle fournit une véritable clé de lecture pour ces récits. Nombre de praticiens de l’hypnose s’intéressent à des techniques thérapeutiques nées loin de l’Europe, comme par exemple le yoga ou certains aspects de la médecine âyurvédique en Inde,  le taoïsme d’origine chinoise ou encore le chamanisme sibérien, etc. en observant certaines convergences entre ces pratiques et l’hypnose. Pascale Haag et André Padoux ont cherché, à l’inverse, à mettre en exergue un certain nombre de divergences en prenant appui notamment sur la place des images mentales dans le rituel śivaïte.

Enfin, Aurélie Névot et Serena Bindi ont présenté et critiqué des données ethnographiques recueillies on the field, en Chine (Yunnan) et en Inde. L’étude de la transmission du savoir chamanique par des techniques d’écriture traditionnelles, pratiquées dans des états non ordinaires de conscience, a permis à Aurélie Névot de décrire tout le travail de l’apprenti chaman sur sa propre imagination. C’est grâce à ce travail sur soi que le futur chaman pourra agir efficacement sur l’imagination de ses patients. pour sa part, Serena Bindi a décrit les rituels grâce auxquels les régimes de vérité et les représentations collectives liées à la santé et à la guérison influencent l’imagination individuelle. Le dispositif créé par la convergence des lois sociales, religieuses et naturelles se traduit ainsi, sur le plan individuel, en dispositif psychologique et en moyen de coercition. C’est par la force de cette contrainte intérieure que l’imagination déploie son pouvoir thérapeutique sur le corps.

Pascale Haag

Psychologue Maître de conférences (Associate professor) Ecole des hautes études en sciences sociales Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (UMR 8156)

More Posts

Changement de programme (9 mai 2012)

Pierre Rainville ayant été amené à annuler son séjour en France, sa conférence prévue le 9 mai est annulée. Nous espérons vivement l’accueillir l’année prochaine.

La séance du 9 mai fera de ce fait une place plus importante à l’Inde :

Serena Bindi – Culte, possession et guérison en Uttarakhand (Inde du Nord)

Pascale Haag et André Padoux – Pourquoi comparer l’incomparable ? Contextes, techniques, représentations

Pascale Haag

Psychologue Maître de conférences (Associate professor) Ecole des hautes études en sciences sociales Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (UMR 8156)

More Posts

La figure du médecin dans les littératures et dans la société indiennes

La prochaine séance du séminaire Hypnoses d’hier et d’aujourd’hui aura lieu

le vendredi 28 mai de 11 h à 13 h, 105 bd Raspail, 75006 Paris, en salle 3.

Abhijit Ghosh
(université Jadavpur de Calcutta)

interviendra sur le thème suivant (conférence en anglais) :

Physicians as represented in Indian literatures and society

Pascale Haag

Psychologue Maître de conférences (Associate professor) Ecole des hautes études en sciences sociales Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (UMR 8156)

More Posts