Compte rendu du séminaire Hypnoses d’hier et d’aujourd’hui (2013-2014)

Pratiques « hypnotiques » : Limites, problèmes et intersections

Coordination : Pascale Haag (EHESS), Roberto Poma (UPEC), Serena Bindi (Paris-V)

Le séminaire « Hypnoses d’hier et d’aujourd’hui », dont le principal objectif était de favoriser la rencontre entre chercheurs et spécialistes d’horizons divers (histoire, anthropologie, psychologie, médecines, neurosciences, pratiques artistiques) s’est tenu pour la cinquième et dernière année. Si l’usage du terme « hypnose » s’est généralisé en Europe au 19e siècle, les phénomènes psycho-physiques auxquels il renvoie semblent pouvoir être rapprochés de différents phénomènes relevant plus largement d’« états non ordinaires de conscience », comme par exemple la transe ou la possession. Nous nous sommes intéressés en particulier cette année aux représentations culturelles qui y sont associées, en cherchant à mieux comprendre, partir de thématiques rarement explorées, ce qui peut permettre ou non de rapprocher ces différents phénomènes. Nous nous sommes également interrogés sur la manière dont l’hypnose pouvait se construire, en Europe, comme objet d’étude en dehors du champ du soin, dans les domaines de l’anthropologie ou de la sociologie (communication de A. Grisoni et P. Haag).

L’une des pistes de réflexion en anthropologie a été présentée par Paul Sorrentino, qui a examiné les relations entre transe et possession à partir des développements théoriques proposés par la chercheuse américaine Erika Bourguignon, pour qui la transe est un phénomène d’ordre comportemental tandis que la possession relève de l’ordre interprétatif. Néanmoins, l’auteure ne tire pas toutes les conséquences de sa posture constructiviste pour justifier l’adoption par les acteurs de cette interprétation face à une situation donnée : comment les participants à un rite de possession en viennent-ils à interpréter le comportement du possédé comme relevant effectivement de la possession ?

Dans le champ encore en pleine expansion des psychothérapies, deux techniques portent des noms différents tout en présentant de nombreux points communs – hypnose et méditation de pleine conscience ou mindfulness. La psychologue Manuela Santa Marina en a analysé les similarités, en particulier l’importance accordée au corps (qui contraste avec la psychanalyse aussi bien qu’avec les débuts des thérapies comportementales et cognitives). L’hypnose se distingue notamment de la pleine conscience par le recours à la suggestibilité et l’orientation vers un objectif, dans l’idée de connecter le patient à ses ressources, alors que cette dernière est centrée sur le moment présent, l’exploration sensorielle, l’acceptation et l’équanimité (ne pas avoir d’attente particulière).

Lors d’une séance entièrement consacrée aux neurosciences, Hernan Anllo et Jérôme Sackur ont présenté différents usages contemporains de l’hypnose dans le domaine de la recherche expérimentale sur la conscience. Après une introduction synthétique à trois importants paradigmes actuels de la notion de conscience (Global neuronal workspace model de Dehaene, Naccache et Changeux, Integrated information theory de Tononi et Sensorymotor theory of consciousness d’O’Reagan) et aux principales théories du fonctionnement de l’hypnose, ils ont montré de quelle manière l’hypnose, qui permet en particulier des manipulations sensorielles de bas niveau, est aujourd’hui utilisée comme outil dans les neurosciences cognitives.

Six autres invités ont contribué à ce séminaire. Roberto Beneduce a donné son éclairage sur les représentations culturelles de l’hypnose à partir de l’anthropologie et de la psychiatrie contemporaines. Dans la même optique, Catherine Contour s’est appuyée sur son expérience dans le domaine l’enseignement de la danse, Olivier Luminet sur ses études des stratégies de communication politique en Belgique, Pascal Rousseau sur ses recherches sur le surréalisme en France au XXème siècle, Thibaud Trochu sur les recherches expérimentales sur magnétisme animal par le physiologiste allemand Rudolf Heidenhain (1880) et Véronique Waisblat sur les études concernant l’hypnose animale.

L’un des principaux apports a été de montrer, au fil des années, la complexité et l’intérêt d’une approche pluridisciplinaire au sujet à partir de deux angles d’approche principaux : la notion de pouvoir thérapeutique de l’imagination et celle de pratiques « hypnotiques » en nous autorisant à appliquer ce terme de façon générique à l’étudie de techniques qui ne portent pas ce nom (chamanisme, possession, méditation, etc.). Les différentes pratiques ne sauraient être réduites les unes aux autres et échappent à toute définition absolue. Même la dénomination la plus large, qui repose sur l’idée d’« états de conscience modifiés (ou altérés) », n’est pas toujours applicable. Néanmoins, tout en restant attentives aux limites de la comparaison, l’histoire, l’anthropologie, les pratiques artistiques, la psychologie, la médecine et les neurosciences sont à même d’apporter d’importantes notions sur les intersections possibles entre les différentes pratiques, notamment sur les enjeux liés au pouvoir de l’imagination créatrice, sur les processus de guérison et de transformation à travers l’engagement avec les images, ainsi que sur la dimension performative du soin. 

Ce dialogue entre des pratiques qui prennent place dans des contextes et avec des objectifs très variés doit néanmoins se faire dans le respect de chacune d’elles, en tenant compte du point de vue des acteurs, avec une grande rigueur méthodologique, et surtout en se gardant de toute généralisation abusive.


Pascale Haag

Psychologue Maître de conférences (Associate professor) Ecole des hautes études en sciences sociales Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (UMR 8156)

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *